fbpx

E-Tri : l’escape game 100% digital

E-Tri : l’escape game 100% digital

E-TRI : L'ESCAPE GAME 100% DIGITAL

Une version digitale ...

Pour sensibiliser vos collaborateurs aux gestes de tri, ou tout simplement pour vivre un moment ludique avec vos équipes, E-Tri est la formule qu’il vous faut ! Composez des équipes et aidez E-tri à sauver la planète en résolvant différentes énigmes. Comme dans sa version originale, l’escape game est ensuite suivi d’un moment d’échange avec un animateur Lemon Tri, mais en ligne cette fois. L’occasion de se sensibiliser mais aussi d’engager des dynamiques positives afin d’adopter les bons zestes de tri au sein de vos espaces de travail. 

E-tri escape game Lemon Tri digital

... pour un moment de sensibilisation convivial !

E-tri escape game Lemon Tri digital

Pour jouer, rien de plus simple : les joueurs se connectent sur l’application de vision-conférence de leur choix et ouvrent simultanément l’application Hackeo, accessible depuis un PC ou un smartphone. Scan en réalité augmentée, coffre-fort virtuel, quiz, effets sonores … Optez pour un moment convivial 100% digital ! Offrez à vos équipes un moment de partage et d’échange, autour des problématiques environnementales, plus que jamais au coeur de l’actualité et des préoccupations de chacun. 

Notre escape game propose une expérience au coeur du sujet du développement durable grâce à des mises en situation et des énigmes à résoudre en équipe. Au delà d’une sensibilisation, ce jeu est aussi une véritable activité team building ! 

Intéressé par notre escape game digital? Besoin de plus d’informations?  

N’hésitez pas à nous contacter ! 

Onboarding digital

DÉMARRER UN STAGE À DISTANCE : TÉMOIGNAGES DE MAURANE ET NICOLAS

Pendant le confinement, nous avons relevé un nouveau défi RH : intégrer à distance deux nouvelles recrues, Maurane Guivet et Nicolas Steinik. Etudiante en master ESS à Lyon, Maurane a rejoint notre équipe clientèle pour découvrir “en pratique” le fonctionnement d’une entreprise du secteur. Nicolas, étudiant-ingénieur à Douai vient quant à lui renforcer notre équipe des opérations et travailler sur la digitalisation de nos process.

Les nouveaux arrivants chez Lemon Tri se voient habituellement proposer une semaine d’intégration complète, comprenant une présentation de chaque service, des tournées sur le terrain avec les collecteurs ainsi que des moments informels pour faire la connaissance de l’ensemble de l’équipe. Ce programme leur permet de bien comprendre le contexte de leur poste et de se sentir rapidement à l’aise dans la famille citron.

En pleine période de confinement, Maurane et Nicolas ont connu un onboarding pas comme les autres. Le premier mois de stage de Maurane s’est déroulé entièrement en télétravail. Ses missions s’y prêtant bien, elle n’a pas eu de difficulté à les prendre en main. “Bien sûr, c’était un peu frustrant de ne pas rencontrer mes nouveaux collègues mais à raison d’une à deux formations par jour et d’un point quotidien en visio avec ma responsable, j’ai tout de suite eu le sentiment de faire partie de l’équipe. La newsletter interne et les échanges très dynamiques sur Slack m’ont permis de comprendre rapidement la culture d’entreprise.”

Le poste de Nicolas a quant à lui été réajusté pour lui permettre de réaliser la majeure partie de ses missions à distance. Il ne se rend dans les locaux qu’une fois par semaine pour des activités de terrain. “Malgré le contexte, j’ai beaucoup apprécié l’accueil qui m’a été réservé, l’ambiance au sein des équipes et la bienveillance de chacun” retient Nicolas. Des rencontres en visio avec l’ensemble des services et le “welcome pack” digital pour les nouveaux arrivants lui ont permis de comprendre rapidement la structure de l’entreprise ainsi que les valeurs partagées par les salariés.

Bien qu’ils attendent avec impatience de faire enfin la connaissance de tous citrons, en zeste et en pulpe, Maurane et Nicolas font déjà pleinement partie de la tribu et garderont un bon souvenir de cette prise de poste atypique.

Retour sur le Webinar « Économie Circulaire » de Lemon Tri

RETOUR SUR LE WEBINAR "ÉCONOMIE CIRCULAIRE" DE LEMON TRI

Economie circulaire, réduction des déchets et recyclage : comment passer de la théorie à la pratique ? En pleine crise sanitaire, période propice à la réflexion sur nos modes de vie et de consommation, le Webinar organisé par l’équipe commerciale de Lemon Tri a rencontré un franc-succès.

En ligne, nous étions plus de 70 pour nous questionner sur les enjeux que soulèvent la gestion des déchets et découvrir des pratiques circulaires que nous espérons voir se multiplier dans l’entreprise de demain.

Après avoir débattu de la place de l’économie circulaire dans le “monde d’après” et présenté les grandes tendances du secteur des déchets, nous avons fait appel à des partenaires pour illustrer “les 5R” de l’économie circulaire (refuser, réduire, réutiliser, recycler, rendre à la terre). Merci à nos partenaires d’Edeni, Reconcil, Upcycle et La Réserve des Arts pour leurs interventions inspirantes.

Nous espérons que vous êtes prêts à passer à l’action et sommes là pour vous accompagner dans vos démarches ! Découvrez notre service et toutes nos solutions de tri pour tous les déchets

Banlieues Santé

CONNAISSEZ-VOUS : BANLIEUES SANTÉ

La période de confinement a intensifié de nombreuses inégalités, parmi lesquelles l’accès aux soins. Face à cette situation, l’association Banlieues Santé, qui mène des actions innovantes pour rendre l’accompagnement médico-social plus inclusif dans les quartiers prioritaires et les zones rurales, a mis en place différentes actions pour aider les plus vulnérables.

Banlieue santé, une association de terrain

Créé en 2018 par Abdelaali el Badaoui, l’association Banlieues Santé se donne pour objectif de permettre à chacun de prendre soin de sa santé, y compris dans les quartiers prioritaires et dans les zones rurales isolées. Car l’accès aux soins n’est pas évident quand les infrastructures de santé sont trop éloignées, trop coûteuses ou qu’il existe une barrière linguistique. Grâce à un ancrage territorial fort, Banlieues Santé propose un accompagnement médico-social inclusif en simplifiant les interventions : cabines de télé-consultation, entretiens inclusifs de prévention de santé, traduction des informations médicales… Banlieues Santé rend la santé intelligible et accessible à tous.

#Enmodeconfiné : une opération de colis solidaires pour venir en aide aux plus démunis

Les inégalités d’accès aux soins de santé et à la prévention sanitaire sont décuplées pendant les crises sanitaires. Face au Covid-19 et au confinement, Banlieues Santé a mis en place deux actions majeures. Dans un premier temps, l’association a traduit des vidéos de prévention dans différentes langues et dialectes, parmi lesquelles le Peulh, le Soninké, le Bulgare ou encore le Roumain. Ces vidéos permettent de surmonter la barrière de la langue, qui a pu empêcher certains de comprendre les enjeux de la situation et de bien se protéger. Les bénévoles de l’association se sont également mobilisés pour livrer des colis solidaires aux personnes les plus vulnérables. Les colis contiennent des produits de première nécessité, ainsi qu’un récapitulatif des comportements à adopter. Pour que les chaînes de solidarités ne se transforment pas en chaîne de contamination, le modèle d’intervention est très sécurisé.

Chez Lemon Tri, nous avons à coeur d’avoir un impact social positif à l’échelle locale. Dans le cadre du lancement de notre gamme Hygo, dédiée à la collecte des déchets infectieux, nous nous engageons à reverser une partie de nos recettes à Banlieues Santé pour soutenir la distribution de paniers en Seine-Saint-Denis et dans les quartiers nords de Marseille – territoires où nos activités sont implantées !

Nouvelles pratiques sanitaires, nouveaux déchets : les enjeux de la gestion du matériel de protection jetable

NOUVELLES PRATIQUES SANITAIRES, NOUVEAUX DÉCHETS : LES ENJEUX DE LA GESTION DU MATÉRIEL DE PROTECTION JETABLE

Chaque mardi, Lemon Tri vous propose une grille de lecture simple pour déchiffrer l’actualité du monde du recyclage : nouveaux gestes de tri, retour du plastique à usage unique, bouleversements des filières… Cette semaine, on fait le point sur les équipements sanitaires individuels jetables, les enjeux environnementaux que soulèvent leur utilisation à grande échelle et ceux liés à la gestion de ces nouveaux déchets.

En réponse à la crise, une consommation généralisée d’équipements de protection jetables

À l’approche du déconfinement, les masques, encore réservés au personnel médical il y a quelques semaines, sont désormais disponibles à la vente libre en grande surface. Qu’ils soient réutilisables ou à usage unique, ces masques, au même titre que les gants en latex ou autre matériel de protection jetable contre le virus, appartiennent à une catégorie de déchets potentiellement infectieux. Ils doivent pour cette raison faire l’objet d’un traitement particulier, et la massification de leur utilisation soulève différents enjeux, tant sur le plan sanitaire qu’environnemental. En effet, selon les estimations d’Alexis Krycève, rien que les masques pourraient représenter à terme 300 000 tonnes de plastique à gérer par an.

Des enjeux sanitaires : se protéger et protéger les autres

Afin de se protéger et protéger ceux en charge de la collecte des déchets, il est essentiel d’adopter de nouveaux comportements, à son domicile comme sur son lieu de travail. À la maison, les consignes communiquées par Citéo sont claires : tous les déchets potentiellement infectés doivent être isolés dans un sac plastique résistant, fermé et mis de côté pendant au moins 24 heures avant d’être déposé dans le bac des ordures ménagères. En entreprise, le Ministère du Travail recommande de prévoir des poubelles à pédale pour les déchets infectieux afin de les isoler et de limiter au maximum les risques de contamination. S’il n’est pas possible de mettre en place des équipements spécifiquement dédiés, les déchets infectieux doivent être intégrés au tout-venant, l’essentiel étant de bien préserver les déchets recyclables qui sont manipulés par des agents de collecte et de tri.

Consigne déchets Citéo
Les consignes communiquées par Citéo pour la gestion des déchets potentiellement infectieux dans les foyers
Consigne déchets infectieux entreprises
Lemon Tri propose des solutions pour gérer les déchets potentiellement infectieux en toute sécurité en entreprise

Des enjeux environnementaux : concilier écologie et sécurité

La généralisation du port du masque et d’autres équipements sanitaires individuels laisse entrevoir un important gisement de nouveaux déchets. Pour ne parler que des masques, qu’il est recommandé de changer en moyenne toutes les 3 à 4h, la consommation individuelle pourrait s’élever à 3 unités par jour! Des stocks de masques très importants sont donc à prévoir, dont une grande partie repose aujourd’hui sur des commandes passées à des pays étrangers, comme la Chine, justifiées par l’urgence de la situation. Avant tout, il est primordial que le matériel de protection jetable ne soit pas jeté sur la voie publique, un geste qui serait incompatible avec la prudence et la responsabilité collective que requiert cette période de crise. Un tel comportement peut d’ailleurs faire l’objet d’une verbalisation dans certaines communes. Afin de limiter l’empreinte écologique de ces masques à usage unique, la piste du recyclage est à l’étude, bien que la mise en place d’une filière de collecte et de traitement semble particulièrement complexe à l’heure actuelle (voir l’étude à ce sujet).

Les citoyens peuvent également opter pour des masques réutilisables, plus compatibles avec un mode de vie zéro déchet. Il faut toutefois souligner que leur utilisation n’est pas neutre pour l’environnement. Il est en effet recommandé de les laver en machine de manière quotidienne à forte température, ce qui, à très grande échelle, peut avoir des conséquences significatives sur notre consommation d’eau, d’électricité, de lessive etc. Il faut par ailleurs être attentif au type de tissu utilisé, ainsi qu’à sa provenance, car beaucoup de masques proposés sur le marché sont importés. Bonne nouvelle, il est aussi possible de consommer local car de nombreuses entreprises françaises, et notamment de l’Économie Sociale et Solidaire, se sont mobilisées pour adapter leur activité et fournir des masques grand public (voir le projet Résilience à ce sujet).

En tout état de cause, rappelons que la priorité est de prendre soin de soi et des autres, et qu’il ne faut en aucun cas mettre dos à dos impératifs sanitaires et écologiques. Soyons néanmoins conscients des impacts environnementaux de cette crise et essayons, dans la mesure du possible, de concilier sécurité et éco-responsabilité !

Lire les précédents Radio Citrus sur le plastique à usage unique et les centres de tri.

Plastique à usage unique : le retour?

Plastique à usage unique : le retour ?

Chaque mardi, Lemon Tri vous propose une grille de lecture simple pour déchiffrer l’actualité du monde du recyclage : nouveaux gestes de tri, bouleversements des filières… Cette semaine, nous nous intéressons au plastique à usage unique, fortement plébiscité depuis le début de la crise sanitaire.

Une présence accrue du plastique dans les commerces et dans les foyers

Ces dernières semaines, la vente de produits en plastique à usage unique a explosé. Ce pic de consommation concerne avant tout les équipements de protection sanitaire (gants, matériel de protection, etc) mais on observe également de nouvelles habitudes de consommation. En effet, de nouvelles couches d’emballages ont fait leur apparition dans les supermarchés pour protéger les produits et rassurer les consommateurs. Les bouteilles d’eau, parfois boudées pour des raisons environnementales, sont aujourd’hui convoitées, alors que de nombreux français s’inquiètent d’une potentielle contamination de l’eau potable. Aux États-Unis, ce sont les sacs plastiques qui reviennent en grâce, certains états ayant même interdit les sacs réutilisables.  Plus généralement, le plastique à usage unique fera vraisemblablement partie intégrante du paysage de la reprise. Les autorités sanitaires françaises encouragent par exemple les entreprises à privilégier les produits individuels jetables (gobelets, bouteilles, sachets de thé, de sel et de poivre, etc.) à leurs alternatives réutilisables.

Le plastique protège-t-il du virus ?

Avec une croissance de plus de 20% depuis le début de la crise, la filière du plastique connaît un nouvel élan. Alors que les législations française et européenne allaient dans le sens d’une restriction des usages du plastique pour endiguer la pollution qui lui est associée, certains acteurs de la filière plaident aujourd’hui pour son retour en grâce, en mettant en avant ses vertus sanitaires. Plusieurs ONGs ont dénoncé une certaine instrumentalisation de la crise par les lobbys pour affaiblir les normes environnementales en vigueur en Europe et aux Etats-Unis (voir l’article du Monde paru à ce sujet). Le plastique est-il vraiment un rempart contre le virus ? Difficile d’y voir clair, mais il est important de rappeler que plusieurs études s’accordent à dire qu’il est, avec l’acier, la surface sur laquelle le coronavirus est le plus stable.

Quelle attitude adopter ?

L’attitude zéro déchet est-elle risquée en cette période de crise ? Il est légitime de se poser la question et il ne semble pas y avoir à ce jour de consensus sanitaire sur le sujet. En tout état de cause, il est essentiel de continuer à se soucier de la quantité de déchets que nous produisons, ainsi que de leur fin de vie. Si la situation nous pousse à jeter davantage, il est absolument essentiel de maintenir ses habitudes de tri, à la maison mais aussi en entreprise. Les bouteilles en plastique et les gobelets se recyclent déjà très bien et les filières de recyclage du plastique se multiplient en France sous l’impulsion de l’extension des consignes de tri

“Consommer responsable” dépasse la seule question des emballages et la crise sanitaire est une période propice pour s’interroger sur nos habitudes quotidiennes. La demande pour des produits locaux et la vente directe a par exemple nettement augmenté depuis le début du confinement, signe encourageant d’une prise de conscience environnementale et des vertus d’une économie locale et circulaire.

Pour aller plus loin

#JourDeLaTerreChezSoi

#JourDeLaTerreChezSoi

Tous les ans en avril, de nombreuses manifestations sont organisées à l’occasion du Jour de la Terre. Cette année, la situation sanitaire rend impossible tous rassemblements ou activités collectives. Mais depuis chez nous aussi, il est possible d’agir pour l’environnement, en adoptant des gestes simples. Lemon Tri vous propose un petit programme Journée de la Terre, spécial confinement.

Ça commence par l'assiette …

Selon l’ADEME, notre modèle alimentaire actuel génère ¼ des émissions de gaz à effet de serre en France, soit autant que celles générées par le transport ou le logement. Pourtant, en adoptant collectivement des gestes simples, nous pouvons contribuer à faire de ce modèle alimentaire un modèle durable. En commençant par les produits du petit-déjeuner : café et thé équitables, produits laitiers bio et locaux, fruits de saison, céréales achetées en vrac ou pain de la boulangerie d’à côté. L’objectif est de réduire les produits importés, souvent sur-emballés et sur-transformés. Bannissons également le gaspillage alimentaire ! En France, rappelons qu’il représente 30 kg par personne et par an (l’équivalent d’un repas par semaine), dont 7 kg de produits qui n’ont même pas été déballés !

Dépolluer son environnement (intérieur et numérique)

Si habituellement, le Jour de la Terre est l’occasion de mener des actions de dépollution en extérieur (avec des clean-up par exemple), cette année, tournons-nous vers notre environnement intérieur. Avec le confinement et le retour des beaux jours, les ménages de printemps font leur retour en force, et il s’agit là aussi d’adopter de bons réflexes pour mener cette opération de manière durable et responsable. En effet, qui dit désencombrement dit encombrants, et il est important de vérifier que le service fonctionne dans votre ville. Être dans l’incapacité de se débarrasser de certaines choses peut également nous conduire à nous interroger : « pourquoi je ne me sers plus ou n’aime plus cet objet ? pourrais-je lui trouver une autre utilité et l’upcycler ? si l’objet est défectueux, comment le réparer ? » etc. Face à l’obsolescence programmée, les déchets et équipements électroniques engorgent les déchetteries. 

Prendre le temps de réparer ses objets électroniques, c’est faire des économies tout en faisant un geste pour la planète. Enfin, parce qu’en 2020, environnement rime avec environnement numérique, et que le télétravail est une réalité qui concerne aujourd’hui un très grand nombre de français, il est important d’adopter là encore de bons réflexes. Faire le tri dans ses emails, utiliser des moteurs de recherche responsables, ou privilégier des plateformes moins gourmandes en données et donc moins polluantes : cette journée est une bonne occasion pour prendre de bonnes habitudes !

Une journée pour se sensibiliser

Enfin, passer à l’action signifie aussi sensibilisation. Et si vous avez des enfants à la maison, pourquoi ne pas profiter du Jour de la Terre pour faire un cours maison d’éducation au développement durable ? L’Éducation au Développement Durable (EDD) a pour objectif d’intégrer les enjeux du changement climatique au programme d’enseignement de l’école primaire et aux programmes du collège et du lycée. Internet regorge de ressources en ligne pour petits et grands, et de nombreux contenus sont accessibles gratuitement. Mais les enfants ne sont pas les seuls concernés par cette sensibilisation, les enjeux du développement durable concernent tous les individus, quel que soit leur âge. MOOCs, documentaires, lecture : là encore, de très nombreux supports existent, à vous de trouver celui qui vous convient le mieux !

Le 22 avril et tous les autres jours, adoptons les bons zestes pour un avenir plus durable! Plus d’information et d’activités à faire à la maison sur jourdelaterre.org/.

Radio Citrus #1 : Les centres de tri

Radio Citrus #1 : Les centres de tri

Chaque mardi, Lemon Tri vous propose une grille de lecture simple pour déchiffrer l’actualité du monde du tri : retour du plastique à usage unique, nouveaux gestes de tri, bouleversements des filières… Cette semaine, Lemon Tri fait le point sur la situation des centres de tri et ses conséquences sur la gestion de nos déchets.

État des lieux :

Dès les premiers jours du confinement, des centres de tri ont fermé leurs portes. Au 9 avril, Amorce recensait que 32 % des centres de tri avaient suspendu leur activité et que 26 % ne fonctionnaient plus que de manière partielle (réduction du débit de tri et des postes, arrêt partiel de chaînes …). Si la collecte des déchets est maintenue, le tri n’est donc, lui, plus garanti. En effet, avec la crise, la priorité est avant tout d’assurer la collecte des ordures ménagères et de maintenir les rues propres, tout en garantissant la sécurité des ripeurs. Face à cette réalité, les collectivités s’adaptent et apportent des réponses variées.

Différentes réponses des collectivités :

En effet, trois réactions ont été observées en France au niveau des collectivités. Le premier est la collecte indifférenciée des ordures ménagères et des déchets recyclables, qui sont ensuite enfouis ou incinérés. Le deuxième scénario observé a été le maintien de la collecte sélective avec le stockage des emballages recyclables dans l’attente d’un déblocage de la situation. Enfin, certaines communes préfèrent encourager les citoyens à garder les déchets du bac jaune chez eux ou à se rendre dans des points d’apport volontaire. Avant tout concernées par la sécurité des opérateurs dans les centres de tri, les collectivités font évoluer ces scénarios. Aujourd’hui, la tendance est à la réouverture progressive des centres de tri.

De nouvelles consignes :

A la question “faut-il continuer de trier”, la réponse est donc oui. Il est indispensable de garder nos bonnes habitudes, voire même d’être plus attentif que jamais. De nouveaux réflexes sont à adopter concernant le tri des masques, des mouchoirs et des gants en latex, qui doivent être jetés dans la poubelle du tout-venant pour ne pas risquer de contaminer les opérateurs de centres de tri. En ce qui concerne les risques de contamination des opérateurs, un avis du Haut Conseil de la Santé Publique préconise le respect des gestes barrières et des mesures de distanciation dans les centres de tri, ainsi que le maintien des moyens de protection habituels (gants et tenue de protection). Si le HCSP estime que le port obligatoire d’un masque n’est pas justifié pour les opérateurs, la disponibilité des masques dans les prochaines semaines influencera significativement le scénario de reprise d’activité dans l’ensemble des centres de tri du pays.

Pour aller plus loin :

Liens utiles : 

citéo.com 

amorce.asso.fr 

Pour remercier les ripeurs, opérateurs et tous les travailleurs des secteurs essentiels mobilisés pendant la crise, rendez-vous sur vousassurez.org.

À mardi prochain ! 

 

À tous les héros discrets : #VousAssurez

À tous les héros discrets : #VousAssurez

Dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, les mesures de confinement ont mis en première ligne les acteurs de services de première nécessité. Cassiers, éboueurs, manutentionnaires ou encore transporteurs sont restés mobilisés pour le bien et la sécurité de tous. Face à ce constat, Lemon Tri et trois entreprises du mouvement B-Corp (microDON, Pixelis et Phenix) ont proposé aux citoyens une initiative à la portée de tous afin de les remercier.

Présentation de l’initiative

À l’origine de cette initiative, la volonté de remercier et d’exprimer son soutien aux acteurs des services essentiels. Ces milliers de travailleurs de l’ombre nous ont permis de rester chez nous en sécurité. Pour eux, le télétravail était impossible. Ils ont contribué au bon fonctionnement de la société. Dans l’esprit des applaudissements qui ont retenti chaque soir à 20h pour remercier le personnel soignant, l’initiative #VousAssurez visait à mettre un coup de projecteur sur tous les héros discrets du quotidien.

Des rubans pour symbole

L’idée est simple : faire un petit geste en nouant des rubans à nos balcons, à nos fenêtres. Objectif: remercier et accompagner les professionnels mobilisés dans leurs trajets quotidiens. En apportant de la couleur et de la joie à nos rues, nous montrons à quel point nous sommes liés les uns aux autres, surtout en cette période difficile. Un geste simple, qui ne nécessite pas de sortir de chez soi, et qui peut facilement être adopté par le plus grand nombre.

Initiative Solidaire Confinement Héros Discrets

Comment participer?

Laissez libre cours à votre créativité : guirlandes, lien entre votre fenêtre et celle de vos voisins ou encore d’un balcon à un autre… Cette initiative peut prendre diverses formes et couleurs. Ressortez de vieux tee-shirts ou bouts de tissus et à vous de jouer ! Le plus ? C’est Zéro Déchet, et cela peut faire l’objet d’une belle activité manuelle pour petits et grands. Une fois vos rubans noués, prenez les en photo et partagez votre message de soutien sur les réseaux sociaux à l’aide du hashtag #VousAssurez.

#VousAssurez
#VousAssurez

Face à cette crise, faisons de ces rubans les symboles du lien qui nous unit !

Retrouvez toutes les informations et toutes les dernières photos sur vousassurez.org.

Ils font confiance à Lemon tri